jeudi 8 mars 2018

Cake à la semoule, noix de coco et confiture d'oranges

Un excellent cake, très parfumé, moelleux, pas trop sucré. Forcément, puisque vu sur le livre "Jérusalem" de Yotam Ottolenghi.



Four à 180°. Moule : petit moule japonais de 600 ml. Les proportions du livre -faites pour 2 moules- ont été divisées par deux.

- 9 cl d'huile de tournesol
- 12 cl de jus d'orange
- 80 g de confiture d'oranges avec ou sans petits morceaux. J'ai utilisé de la "marmelade d'oranges et clémentines", où les morceaux sont assez rares.
- le zeste râpé d'une orange
- 4 œufs
- 35 g de sucre
- 35 gr de noix de coco séchée
- 45 g de farine
- 90 g de semoule fine
- 1 CS de poudre d'amandes
- 1 CS de levure chimique
- du yaourt grec épais + 1 goutte d'eau de fleur d'oranger en option pour servir

Pour le sirop :
- 100 gr de sucre et 1 CS d'eau de fleur d'oranger.
---------
Dans un saladier fouettez l'huile, le jus d’orange, la confiture, les œufs et le zeste d'orange jusqu'à ce que la confiture soit dissoute.
Dans un autre saladier, mélanger les ingrédients secs puis mettez les dans le premier saladier. Bien mélanger. La pâte reste assez liquide.
Graisser, tapisser le moule de papier. Verser la pâte. Enfourner pour 45 mn à 1 heure.
Un petit peu avant la fin de la cuisson, mettre dans une casserole les éléments du sirop, porter à ébullition puis retirer du feu. A la sortie du four, badigeonner le cake chaud avec le sirop. Renouveler l'opération après 1 ou 2 mn. Utilisez tout le sirop, vous ne le regretterez pas !

Démouler une fois refroidi, puis laisser refroidir complètement. Servir (ou pas) avec le yaourt et la goutte d'eau de fleur d'oranger.


Ce cake extrêmement moelleux et très parfumé (presque trop !) se garde 1 ou 2 jours sans sécher à température ambiante.



dimanche 4 mars 2018

Madeleines au citron

Après avoir essayé diverses recettes du net (toujours attirée par l'herbe plus verte du champ voisin), j'ai repris ma première recette, celle du vieux carnet, du premier carnet, avec d'un côté les recettes sucrées et de l'autre les salées. Tête bêche ! Les recettes d'avant le net, d'avant les blogs, d'avant les déferlantes qui me font m'éparpiller. 
Jamais déçue par cette recette.  Juste énervée parfois de ne pas retrouver mon petit carnet noir. 



Les faire cuire dans un moule en métal graissé au beurre fondu ou à la bombe de graissage. Un petit coup sec sur le plan de travail les fera tomber comme des fruits mûrs.
Juste un changement, très facultatif : l'usage de farine avec levure incorporée, enfin trouvée dans un magasin asiatique. Un petit gain de temps et de manipulation. 





jeudi 1 mars 2018

Purée de potiron, tuile de parmesan et ail noir

Une simple purée de potiron.. Sans crème pour en conserver le vrai goût, agrémenté d'un croustillant de parmesan et de l'onctuosité doucement piquante de l'ail noir.


C'est plus une idée qu'une vraie recette.

Faire fondre une échalote dans du beurre. Puis faire sauter les morceaux de légumes quelques minutes dans cette même poêle. Couvrir d'eau à peine à niveau. Laisser compoter doucement, couvert d'un papier cuisson. Mixer après avoir filtré l'eau de cuisson restante, et ajuster l'onctuosité selon votre goût.

Râper sur une fine couche du parmesan sur du papier cuisson, enfourner à 180° jusqu'à ce que le fromage commence à fondre. Laisser refroidir et couper des morceaux à planter dans les assiiettes.

Écraser la pulpe d'une demie tête d'ail noir à la fourchette avec une très très faible quantité de crème, jusqu'à en faire une pâte onctueuse. En faire des petites quenelles avec 2 cuillères à café

Régalez vous et variez les variétés tout au long de l'hiver . Potimarron, courge, butternut. Variez les petites garnitures  :  noix, dès de fromages, baies roses, lamelles de cantal, paillettes d'algues....