jeudi 11 août 2016

J'ai sauvé mes blancs d'œufs

Partie pour faire une montagne de meringues pour un régiment de morfales revenus de trois mois de disette en pays sans œufs, j'attaque sans filet : casser, séparer le blanc du jaune, pif, paf. Le blanc dans la cuve du robot, le jaune dans un bol. Hardi petit, plus que 252 ...

Et au 252ème, un filet de jaune d'œuf coule impitoyablement dans le lac de blancs. Waterloo morne plaine...
Tout réunir et en faire une omelette  ? Ou essayer, malgré les dires et les médires, d'enlever ce demi gramme de jaune qui va tout faire foirer ?

Armée d'une incroyable  espérance et de ma poire à jus, j'aspire cette goutte de jaune et un peu de blanc qui va autour et la recrache dans l'évier.  Un peu délicat car il n'y a pas de système anti-reflux et tout redégouline dans la cuve. Après plusieurs essais, tout semble enlevé.
Et les blancs montent en neige parfaite !

Aspirer avec une petite bouteille en plastique doit marcher aussi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser un commentaire.