lundi 12 juin 2017

Spaghetti à l'ail des ours, anchois et piment mais sans tout ça

Il y a des recettes qui ne sont à personne. Et pourtant ...
 (résumé de la recette tout en bas)


 Ma grand mère faisait de sublimes beignets de cervelle mais aurait-elle donné la recette à sa voisine ? Ma mère faisait une sublime sauce de salade et même avec ses indications, même en l'ayant regardé faire souvent, je suis incapable de la refaire. Ou alors ça venait du saladier, et là, n'est ce pas, bien sûr ! (private joke ... ou pas)

Donc à qui est la recette : à celui qui est allé chercher les origines des origines, qui l'a peaufinée et expliquée et écrite et testée. Ou à celui qui vient la lui "piquer" et change un ou deux trucs par goût ou nécessité. Est ce "sa" recette à ce moment là ?
Et aurais je le droit d'écrire un livre très fortement inspiré des recette de Jamie Oliver et dire "MON ragoût de ceci", "MA salade de cela" ?
Pour mon blog, une seule personne a dit qu'elle avait fait une de mes recettes et s'en été trouvé bien aise. J'aimerais être copiée, faire la joie des foyers bavant devant "MON ragoût de ceci" !!J'aimerais des milliers de copieurs (de recettes que je prends ailleurs) et qui s'exclament "oh oui", " oh oui" !

J'ai vu une fois sur un blog de pâtisserie " Interdit de refaire mes recettes" ! Discrète, j'ai arrêté de lire et j'ai oublié son adresse.

Tout ça pour dire que je n'ose pas dire que c'est sa recette au Monsieur (j'ai peur qu'il le prenne mal) tellement j'ai tout changé. Mais l'idée, l'idée, l'idée, la trouvaille, c'est de lui. Venir me chercher des poux serait comme reprocher à Robinson Crusoé de manger son caviar sans lit de glace et à la cuillère à soupe. 

Bon, je m'embrouille dans le nébuleux, tout ça pour une recette de sauce à l'anchois !! J'aime l'anchois. 
donc :

Spaghetti  à l'ail des ours, anchois et piment 
(sans spaghetti, ail des ours et piment, oui, hein, bon, j'fais c'que j'peux !)
si vous avez tout cela, aller lire directement sa recette, allez, zou !


Les pâtes : prenez celles que vous aimez, celles qui gardent bien une sauce épaisse. Là, je n'avais pas de spaghetti,  vous vous doutez.
L'ail des ours : je n'oserais pas aller en cueillir, même si je savais où en trouver, par peur de le confondre avec le mortel muguet. Et je n'ai pas de fournisseur.
Les anchois : quand je lis "j'ai des anchois de qualité, de Collioure" je n'ose pas dire que les miennes sont de la marque "la Monégasque" et sont faites au Maroc !
Le piment : le premier fournisseur est à 20 km et je n'en ai pas au frigo. Une bonne dose de piment d'Espelette pour remplacer .  Ou du piment fort.

Donc et pour faire (enfin) court :

Râper une courgette (si, si, il faut bien remplacer le volume de l'ail des ours !) et faire cuire dans un filet d'huile d'olive. Ajouter une ou deux gousses d'ail finement tranchées ou rapées. Y faire fondre ensuite 5 ou 6  anchois à l'huile ou au sel (mais dessalées dans ce cas). Saupoudrer de piment selon votre résistance au feu. Quand tout embaume, mixer le tout, et le répandre sur un saladier de pâtes al dente. 
Perso, j'ai rajouté des pignons et du basilic, parce qu'avoir un pot de basilic devant le nez et ne pas piocher généreusement dedans, c'est faire fi des mois d'hiver par ici, des températures en dessous de zéro, des engelures, de marches épuisantes dans la neige épaisse pour aller à la petite épicerie du village, du blizzard qui vous glace le nez et le bout des pieds, des stalactites de glace qui  ..
Ok, j'arrête !

Résumé  : faites un pesto, ajoutez- y des anchois !


 Ceci n'est pas une anchois

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laisser un commentaire.